labeaume-logo logo-village-de-caractere

Contact mairie

Mairie - 07120 Labeaume
Tel : 04 75 39 64 23
Fax. : 04 75 39 69 49
mail

Horaires :

Lundi, mardi, mercredi, vendredi et samedi

9h - 11h30

Fermé le jeudi

Les dolmens

> Curiosités > L'architecture vernaculaire

Les dolmens de Labeaume

PLUS DE 142 DOLMENS : UN RECORD !

dolmen-labeaume

Paradoxal !... On possède aujourd’hui davantage d’éléments sur la vie humaine ici, il y a qutre mille ans, qu’il y a seulement un millénaire, au Moyen-Age comme l’on dit.
Ces hommes et ses femmes, de leur lointain passé nous ont laissé à lire dans le sol, à déchiffrer les multiples indices de leurs activités quotidiennes. Et notamment leurs abris et leurs monuments de pierres.
Le plateau de Labeaume s’avère riche en falaises et rochers creusés de plus d’une centaine de cavités : avens grottes, abris. Les hommes préhistoriques y trouvèrent refuge, singulièrement au moment des grands froids et des énormes crues.

coupe-strat-labeaume

En 1989, le Dr Maurice Laforgue qui avec son équipe, depuis un quart de siècle, avait passé le plateau de Labeaume au peigne fin, dressait, (dans « Ardèche Archéologie » n°6), le bilan des recherches effectuées : 100 dolmens, 6 habitats de surface, 6 tumulus, 6 grottes habitées. Depuis, une association « Dolmens et Patrimoine de Labeaume » poursuit l’œuvre du Dr Laforgue et de ses collaborateurs, et chiffre à 140 le nombre de dolmens répertoriés au 1er janvier 2009.
Si dans le Bas-Vivarais, près du village d’Orgnac, on a trouvé un site qui fait remonter ses premiers habitants à environ 300.000 ans av J.C. , si dans les gorges de l’Ardèche, on a découvert des grottes ornées vers 20.000 et même 30.000 ans avant notre ère, comme la Grotte Chauvet, considérée recéler une des plus belles collection de peintures rupestres, sur Labeaume, nulle trace n’a été jusqu’alors recueillie de ces périodes anciennes du Paléolitique (Age de la pierre taillée).

La grande révolution

Vers 7.000 ans avant le présent, se situe l’une des plus importantes transformations de la condition humaine : l’homme produit sa nourriture grâce à l’agriculture et l’élevage. C’est la période néolitique (Age de la pierre polie). Toutes les novations en matière de techniques agricoles et pastorales viennent du Proche-Oriant, véhiculées par des populations dont la démographie s’accroît.
Les paysans-éleveurs « colonisent » garrigues et plateaux calcaires. Les sites d’habitat deviennent plus nombreux. D’abord localisés dans des grottes comme celles qui ont donné son nom au village ou celle de Peyroche II qui surplombe la rivière près du pont de Beaume, ils gagnent le plateau, y installent des campements : les stations de surface, comme celle de Chamontin où l’on a découvert des vestiges d’activités humaines âgés de 4.500 à 3.800 ans. Là, les parois verticales de roches peu éloignées permettent d’en effectuer la couverture avec des troncs et des branchages., voir de compléter l’étanchéité à l’aide de torchis.

Ddolmen-casquette-labeaumeans cet abri permanent, des foyers, bien ventilés, assurent la cuisson des aliments. La présence toute proche de la rivière de Beaume fournit l’eau indispensable, le poisson et même le gibier lorsque celui-ci vient se désaltérer.

Les sites de Peyroche II et Chamontin recelaient, pour l’essentiel, des grattoirs, racloirs, tranchoirs, burins,meules et broyons, hachettes en roche polie, armatures de flèches, poids de pêche, mais encore des objets en cuivre : alêne bipointe, perles et anneaux. Dans la grotte de Pryroche, ont été trouvé des tuyères en poterie qui équipaient les fours munis de soufflets destinés à fondre le minerai de cuivre (à plus de 1.000 degrés).

Les hommes marchent avec leur tête

Les techniques agricoles et pastorales maîtrisées, ainsi que la démographie accrus, entraînent l’épanouissement de communautés regroupées en petites agglomérations. Les structures sociales demeurent mal connues. Cependant apparaissent de nouveaux rites sépulcraux qui ne peuvent être que le résultat de grands changements dans les mentalités. La sépulture collective supplante, dans le midi, à partir de 3.000 avant notre ère, la sépulture individuelle datant des années -80.000.

dolmen-labeaume-02Ce rite engendre l’utilisation des cavités naturelles, et la construction des dolmens. Il s’agit de chambres funéraires rectangulaires, réalisées à partir de trois dalles de pierre constituant les montants, soutenant la table de couverture avec un système de fermeture (murette ou petite dalle). Les corps sont disposés sur le sol, accompagnés d’objets prouvant une intention rituelle. Ces sortes de caveaux collectifs se trouvent réouverts à chaque apport d’un nouveau défunt. Certains dolmens ont contenu plus de cent corps. Dans l’un d’eux, à Labeaume, on a retrouvé 700 dents.
Ces dalles sont souvent implantées dans des fissures du terrain, ce qui détermine l’orientation du monument, tributaire en même temps de certains impératif, tel le rite solaire. Un vaste tumulus, accumulation de blocs et de terre, entoure le dolmen. Il a pour but de maintenir les montants, tout en colmatant les interstices. Sans doute viset-il aussi à renforcer le rôle de prestige architectural des nécropoles, faites pour en imposer.
L’Ardèche du sud, avec ses roches calcaires en couches permettant le prélèvement et l’utilisation de bancs minces et solides, s’avère particulièrement riche en dolmens.

Champions en dolmens

Pourtant qui dit dolmens pense souvent qu’ils sont les plus nombreux en Bretagne, que leur construction remonte aux gaulois, à l’initiative des druides, afin d’y pratiquer des sacrifices.

dolmen-labeaume-08Rien de plus inexact. Les premiers dolmens datent d’environt 5.500 ans, alors que les Celtes venus d’Allemagne du sud (région du Haut-Danube) ne se sont, peu à peu, insinués sur notre sol, depuis l’est jusqu'à l’ouest, qu’a partir de -800 ans. Or, au cours de la période antérieure à l’Age du Bronze (entre -1.800 et – 1200), la coutume de la sépulture individuelle avait effacé la pratique de la sépulture collective. Vers -1.200 apparaît l’incinérationdes corps. Les urnes où sont recueillies les cendres des défunts sont enterrées les unes à côté des autres, dans des sortes de cimetières,dits « champs d’urnes ». On ne peut donc parler de constructions de dolmens par les Gaulois.

Quant au nombre, jugez plutôt. Pour les deux départements champions de Bretagne, Finistère : 353 dolmens, Morbihan : 343.
L’inventaire de recensement des dolmens, en cours dans l’Ardèche, compte dépasser les 750 pour notre seul département.
Le plateau de Labeaume se voit d’ailleurs situé en première position avec 140 dolmens répertoriés. Aucun lieu en France, en Europe et, sans doute, dans le monde, n’en dénombre autant.

Un record donc !

Ces dolmens, conçus pour impressionner, se trouvent agglomérés en de vastes nécropoles qui pouvaient parfois servir de lieux de réunions, de cérémonies. Celle-ci servaient-elles à montrer son appartenance à un groupe social, affirmer l’identité de celui-ci et indiquer la place qu’on y occupait ? On le pense. Ceci implique donc l’existence d’une société hiérarchisée.

Passent les courants

Dolmen_cabane_FaveirolleCes nécropoles, situés sur des lieux « sacralisés », s’implantent le long des principales voies de communication. Les courants de circulation et d’échange, à courte puis à longue distance, mettent notre région en contact suivi avec le reste de l’Europe. Dès la fin du Mégalithisme (période de construction des monuments en pierre brute de grandes dimensions), des relations régulières existent avec notamment la Suisse rhodanienne (Valais).
Bientôt arrivera l’Age du Fer (de-700 à la conquête romaine) et commencera, pour notre pays, la période historique marquée en nos mémoires par l’existence de la Gaule. Mais déjà est en place une économie rurale, d’une grande stabilité, qui persistera, dans ses grandes lignes, jusqu’au siècle dernier.

 

« Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Labeaume sans jamais oser le demander » 2001
Georges Beaulieu

 


Restauration d'un dolmen en 2009 à Labeaume

dolmen-labeaume-06

Avant

dolmen-restaure-pt

Après

 

=> L'Association Dolmen et Patrimoine de Labeaume réportorie les dolmens de Labeaume (en savoir plus)