labeaume-logo logo-village-de-caractere

Contact mairie

Mairie - 07120 Labeaume
Tel : 04 75 39 64 23
Fax. : 04 75 39 69 49
mail

Horaires :

Lundi, mardi, mercredi, vendredi et samedi

9h - 11h30

Fermé le jeudi

Les inondations

> Curiosités > Hydrogéologie

Les inondations sur la commune de Labeaume

Les crues exceptionnelles de la Beaume ont été nombreuses aux cours des siècles, parfois dévastatrices : causant désordre et désolation sur leur passage.

L'endroit qui subit le plus les dommages des inondations de la rivière est le centre du village. Son pont submersible en est un témoignage important.

La première crue connue date de 587, et la dernière à ce jour de septembre 1992. Ces rivières de types méditerranéen font naître des crues au printemps et à l’automne. Les dépôts, sable et galets ainsi que la pierraille sont déposés sur les rives convexes, nos plages. Ces dernières années, les crues n’ont pas été aussi importantes. De ces longues périodes d’étiage, une végétation dense s‘est développée.inondation-pont-labeaume2

587, date de la première crue connue puisqu’on trouve la trace écrite ainsi qu’en 820, 1196, 1251, 1362, mai 1382, 11 février 1407, 24 mars 1476, juillet 1501, 26 juillet 1508, septembre 1522, 3 septembre 1664, en 1672, en 1763, le 9 septembre 1772, le 18 octobre 1773, le 28 septembre 1779, le 16 septembre 1782, le 12 novembre 1790, les 9, 10 et 11 octobre 1827, les 20 et 28 septembre 1846, le 10 septembre 1857 et le 19 octobre 1857, les 14 et 15 octobre 1859, les 8 et 21 octobre 1878, le 22 septembre 1890, les 22 et 23 septembre 1893, le 29 septembre 1900, mars 1928, le 26 juin 1930, le 3 septembre 1958, le 6 octobre 1963, le 8 octobre 1970, le 10 Novembre 1976, le 23 Octobre 1977, le 8 Novembre 1982, le 3 Novembre 1989, le 22 septembre 1992.

Mais aussi une subite crue a eut lieu le 22 septembre 1992 aux alentour de midi. Les fortes chutes de pluie qui sont tombées sur les Cévennes ont éclaté lundi soir déversant dans la nuit 100mm d’eau sur les Cévennes et 80mm sur les plateaux ardéchois. Ce sont les 200mm d’eau tombée en trois heures de temps le mardi matin qui ont précipité ces événements. La violence des eaux de Labeaume en furie a submergé le pont montant jusqu’au niveau du premier étage des habitations de la place du Sablas.

De plus, la pierre commémorative située sur le pont submersible comportant cette mention : « Pont construit sous l'administration de M. Tourre Charles 1877 », fut fortement endommagée et remplacée par celle que l’on voit aujourd’hui qui en est la fidèle réplique.

Mais cette crue n’était pas aussi importante que celles de 1958 et 1890.

inondation1890-labeaume-plaque

S'ils étaient toujours vivants, nos ancêtres nous raconteraient la crue extraordinaire du 22 septembre 1890 qui a marqué de son passage les murs des maisons. Une plaque commémorative placée sur un des bâtiments bordant la place du Sablas indique la hauteur de la crue à son plus haut niveau (7,50m).

En 1924, une grosse crue abîma fortement le tablier du pont.

 

A chaque crue d’automne et de printemps, le lit de la rivière s’élargit, le débit augmente entraînant avec lui, sous la pression, troncs d’arbres, cailloux, sable.

Le pont et les berges sont alors submergés, impraticables.

Puis la décrue s’amorce, les rives apparaissent alimentées de galets et d’alluvions.

Malgré tous les caprices des temps le pont submersible reste fidèle à lui même, lieu de passage mais aussi élément essentiel du charme du village de Labeaume.

Pour en savoir plus sur les crues de La Beaume : téléchargez le dossier d'étude de la Direction de l'Equipement, Service de l'Urbanisme, de l'Aménagement et de l'Environnement.

Pour en savoir plus sur les plans de préventions des risques liés aux inondations : téléchargez le dossier d'étude de la préfecture de l'Ardèche.


Labeaume : entre soleil, mistral et pluie

Le Club des Aînés a consacré la 10ème exposition de sa fête d’été, en 1998 à ce thème. Cette exposition a été remarquée, puisque Lagorce l’a demandée pour la montrer en ses locaux municipaux, une semaine en août.
La participation de « Météo-France Ardèche » avec la présence permanente d’un de ses techniciens et d’un matériel sophistiqué a permis aux visiteurs, venus sur le Sablas, d’obtenir des explications détaillées sur un sujet qui affecte notre vie de tous les jours : le temps et ses variations.

Les risques naturels

Notre département où les volcans se sont manifestés encore il y a 12 000 ans, sous les yeux des hommes préhistoriques, où existent une centaine de sources thermales gazeuses, n’est pas totalement exempté de tout risque volcanique, à longue échéance.
Les glissements de terrain montrent une grande fréquence, singulièrement provoqués par la présence d’eau, mais aussi, sur notre commune, par le déplacement de bancs rocheux l’un sur l’autre, causant des éboulements, comme sur la route des Défilés.
Les risques d’orage s’avèrent fort élevés l’automne, surtout en Basse-Ardèche.

Le climat

inondation-roudezetNotre département est traversé par le 45ème parallèle, tout près de Lamastre. C’est dire qu’il se trouve à égale distance du Pôle Nord et de l’Équateur, tout comme Gênes, Belgrade, Bucarest ou Toronto.
L’altitude de notre commune varie de 102 à 282 mètres. Son climat, de type méditerranéen, se montre ensoleillé (durée annuelle d’insolation : plus de 2 500 heures). La fréquence annuelle des jours de pluies voisine ici les 90 (170 en montagne). Leur hauteur cumulée atteint un mètre (2 m à Loubaresse à 1 200 m d’altitude).
Le soleil, en échauffant irrégulièrement la surface du globe, déclenche des mouvements d’air. Le vent tend à compenser les différences de pression. Il s’écoule des zones de hautes pressions vers les basses. Ainsi le mistral (en ancien provençal : vent « maître », « magistral ») prend naissance dans la plaine de Valence, toutes les fois qu’un anticyclone stationne vers Lyon, tandis qu’une dépression se creuse au sud des Alpes. Il souffle du nord de la vallée du Rhône vers la mer, en rafales (souvent de 75 à 100 km/h), dégage le ciel, acquiert de la violence du fait du resserrement de la vallée entre les hauteurs des Alpes et du Massif Central. Le 26 février 1956, sa vitesse relevée à Montélimar, atteignait 216 km/h.
Au cours des 300 derniers millions d’années, le Vivarais a connu tous les climats. Depuis l’équatorial à l’ère primaire (au Carbonifère) jusqu’au périglaciaire du Quaternaire, en passant par le désertique et le tropical. La dérive des continents a fait se déplacer ceux-ci dans diverses zones climatiques. Ainsi, à une certaine période, l’emplacement du Vivarais actuel se situait à une millier de kilomètres plus au sud.
Des variations climatiques se sont produites tout au long de notre histoire, provoquant maintes souffrances et colères menant à la révolte. Ainsi, les années 1788-89, catastrophiques pour les paysans, notamment ceux du secteur de Joyeuse dont fait partie Labeaume. Hiver rude, inondations amènent le « Conseil Général de la commune de la Beaume », le 20 novembre 1790, à faire état des « plus affreuses misères qui règnent dans cette communauté depuis longues années par rapport aux intempéries », et à demander de l’aide « pour faire parvenir des secours aux misérables ».

Des crues inquiétantes

Situé dans une gorge profonde où coule la rivière, le village de Labeaume connaît assez fréquemment des menaces de crue. Née au Col de Meyrand, dans un massif haut de 1 400 à 1 500 m, la rivière atteint Valgorge à 588 m d’altitude, au bout de 4 km de parcours environ. La pente mesure donc plus de 20 % (deux fois plus abrupte que la route à l’entrée de Labeaume). Or, ce village n’est plus alors qu’à un peu moins de 40 km. La rivière va couler encaissée dans une sorte de canal rocheux étroit, acquérant volume et vitesse. Une pluie abondante rien que sur la partie montagneuse, et la rivière devient torrent. Or, en automne, de fortes intempéries s’abattent sur la montagne ardéchoise.crue-de-1958-labeaume

Au cours du désastre des 22 et 23 septembre 1890, « la plus effroyable inondation qu’on ait jamais vue citer dans les annales du Vivarais », selon un chroniqueur de l’époque, la hauteur atteinte dépasse de 21 mètres le niveau moyen (cote d’alerte : 4 m). Du Pont d’Arc, seule émerge la courbure de la partie supérieure de l’immense rocher évidé. Le débit de 10 000 m3/sec (normale : 2,5 m3/sec, soit 4 000 fois moins) excède celui de la Volga, premier fleuve d’Europe.
Lors d’une crue de cette ampleur, la Beaume, tout comme l’Ardèche, progresse à la manière d’une muraille d’eau jaunâtre avançant à une vingtaine de km/h, balayant les ponts (28 en 1890, dont un enjambant la Beaume pour aller à Auriolles), les récoltes, les vignobles prêts à être vendangés, les animaux et les êtres humains surpris, accompagnée d’un grondement d’orage 15 heures durant.
L’eau atteint 7 m 50 à Rosières (Beaume) et 17 m au pont de Salavas (Ardèche), tout comme en 1827 où il est tombé 792 mm de pluie à Joyeuse en 21 heures, le 9 octobre, ce qui constitua le record de France jusqu’en 1940.En 1890, dans notre commucrue-1992-labeaume-ptne, la seule victime recensée est un enfant dont le corps entraîné par la crue a été recueilli et enregistré à l’état civil comme « inconnu ».

En 1992, les précipitations sur la montagne où la Beaume prend sa source, dépassent 350 mm, du 21 au 22 septembre. Quelques heures après, la crue atteint 6 m 60 à Rosières (hauteur moyenne : 0 m 20) avec un débit de 1 700 m3/sec (moyenne : 9 m3/sec). La place du Sablas est noyée (3 m 30 relevés à l’Auberge de la Rive Gauche).
Il n’y aura pas, comme en 1890, crue simultanée des affluents, mais écoulement décalé, ce qui aboutira au débit de 2 750 m3/sec à Vallon. Le même jour, à Vaison-la-Romaine, se déroulent d’autres événements tragiques.
Les crues ne parviennent pas toutes aux mêmes ampleurs historiques signalées par des plaques sur le Sablas et l’Aérodrome. Elles dépassent néanmoins la cote d’alerte. Ainsi, le 19 décembre 1997, la Beaume atteint 2 m 92 à Rosières (seuil d’alerte : 1 m 50), et la place du Sablas est recouverte d’eau.

Alerte et prévision

Face au risque d’inondation (Labeaume figure parmi les communes particulièrement exposées), existe un service d’annonce des crues, mis en place par la Direction Départementale de l’Équipement, et qui permet à la Préfecture de lancer la préalerte ou l’alerte. Le message se trouve répercuté aussitôt auprès des services de police et de gendarmerie, des maires.
Demain, un automate d’alerte raccourcira encore les délais de prévenance.

Georges BEAULIEU

Le Labeaumois, bulletin municipal, n°10, 2000

En septembre 1992, Michèle Gautier rangeait les chaises de son auberge, quand une puissante vague la projeta contre le mur. La crue envahissait le Sablas, atteignant bientôt le dessous des fenêtres, à 3 m 30 du sol, où se situe maintenant la plaque métallique commémorative. (Celle relative à l’inondation de 1890 se trouve sur la maison de gauche, à 4 m 42 du sol, soit plus d’un mètre au-dessus).

>> Crue du 19 janvier 2014

>> Crue du 10 février 2014